A priori improbable, la journée mondiale des programmeurs et développeurs existe vraiment… Enfin un gage de connaissance pour ces acteurs de la transformation numérique, bien trop souvent occultés ! A l’occasion de cette journée, focus sur le métier de développeur avec le portrait rapide de Reda et Pierre, actuellement développeur chez Azeo. 

Reda a étudié l’informatique et le développement, il est développeur depuis environ un an chez Azeo. Après avoir obtenu un DUT réseau informatique, un diplôme d’ingénieur génie logiciel et un Master MIAGE (Méthode informatique Appliqué à la Gestion d’Entreprise) , il a signé son premier CDI au poste de Consultant en développement à la suite de son stage de 6 mois.

Pierre a 28 ans, il est diplômé d’un BTS Information Gestion, il est aujourd’hui diplômé d’EPITECH. Autoentrepreneur en développement Android et développeur mobile auparavant, il a rejoint l’aventure Azeo en tant que Consultant DevOps.

Pierre Parmentier AZEO

  • Vous êtes tous les deux développeurs au sein d’Azeo. Pourquoi avoir choisi ce métier ?

Reda : Depuis que je suis petit, je suis intéressé par l’informatique, et les nouvelles technologies. Je cherchais à comprendre la technologie et son univers.

Pierre : J’étais passionné par le développement, surtout par le fait de comprendre concrètement comment mes logiciels préférés fonctionnaient. J’ai débuté, un peu comme tout le monde par l’HTML à mes 14 ans, puis j’ai vite continué à apprendre différents langages. Mon parcours était donc déjà tout tracé !

  •  Quel est votre quotidien au sein d’Azeo ?

Reda : Pour ma part, mes tâches sont déjà plus ou moins définies dans un backlog. Une sorte de « to do list » qui s’appuie sur la méthodologie SCRUM. On utilise cette méthode pour nous aider à établir nos missions quotidiennes.

Globalement, je travaille sur les projets des clients, notamment en établissant une liste de leurs besoins, qui se traduira par la suite par du code, développé par mes soins. Le projet est ensuite livré, une fois le code vérifié et recetté. Les projets sont tous plus ou moins variables en termes de durée. Cela peut être 10 jours comme plusieurs semaines, tout dépend de la complexité et la volumétrie du projet initial. En tant que consultant, le but est avant tout de bien comprendre les besoins de nos clients, de les impliquer dans notre manière de travailler et d’interagir avec eux afin de valider les solutions que nous développons. Le tout sans oublier d’être innovant en faisant preuve d’une bonne force de proposition !

 

Pierre :  Je travaille chez un client en les accompagnant dans le développement de plusieurs solutions applicatives. En tant que consultant placé en « régie », nous sommes immergés dans des environnements de travail complexes et très hiérarchisés. Dans ce genre de configuration, notre rôle est avant tout d’être un interlocuteur de confiance auprès de nos clients afin de l’accompagner dans ses projets numériques. C’est une démarche d’écoute et de pilotage où il faut avant tout être clair, concis et agile, tout en faisant parler au maximum notre passion technique.

En ce moment, je travaille sur une solution permettant à des clients d’éditer et d’effectuer leur propre facture. Un assemblage plus ou moins complexe de plusieurs fonctionnalités Azure allant piocher dans différentes base de données de MySQL pour fonctionner !

  • Selon vous, quels sont les qualités à avoir pour être un bon développeur ?

Reda : Je pense que les qualités de développeur s’acquiert avec le temps. Chez Azeo, quand on est junior, on a facilement l’appui des seniors, qui nous orientent, nous encadrent et nous donnent les techniques et meilleures pratiques afin d’améliorer notre manière de produire du « beau code ».

Au départ on fait pas mal d’erreurs en sortant de l’école car on apprend plutôt la théorie. Le fait est que la pratique et la réalité des projets est parfois bien différente ! Par exemple, on peut coder d’une mauvaise façon et pourtant le projet restera réalisable et fonctionnel, par contre les prochaines évolutions du projet seront forcément plus complexe à mettre en place. La qualité du code est un sujet de tout instant quand on est développeur. L’importance du travail en équipe est donc primordiale afin de créer du code qui fonctionne mais qui peut également être enrichi par la suite. Travailler en équipe nous permet donc de renforcer notre culture du code et de s’améliorer au quotidien.

 

Pierre : Je dirai qu’il faut d’abord être passionné, mais également aimer se débrouiller seul pour résoudre des problèmes et aimer apprendre par soi-même. Le développeur est un être curieux et débrouillard par nature. Par contre, et comme l’a évoqué Reda, savoir comment travailler en équipe avec efficacité est une composante essentielle du métier de développeur lorsqu’on travaille sur des projets ambitieux. Les plus belles applis se construisent grâce à une culture commune, des outils partagés, et des pratiques bien respectées !

  • Pour vous quel est l’avenir du métier de développeur ?

Reda : C’est un métier qui évolue rapidement, et qui sera surement plus facile à l’avenir. Il y fort à parier qu’on aura dans quelques années des nouveaux langages informatiques de haut niveau et des outils plus faciles à utiliser, qui faciliteront donc le fait de coder au quotidien. Je pense qu’on codera moins à long terme mais qu’on supervisera plus, notamment grâce à l’intelligence artificielle qui aidera beaucoup !

 

Pierre : Je pense aussi que l’intelligence artificielle rendra le développement et le codage plus simple, même si on aura toujours besoin de développeur basique. Le développeur moderne sera obligé de composer avec les évolutions du Cloud pour rester à la pointe et continuer à développer en équipe

Un grand merci à nos développeurs, qui innovent et accompagnent la transformation numérique des entreprises au quotidien et bonne fête à eux !

Envie de rejoindre notre Great Place To Work ? Consultez nos offres d’emplois disponibles :